Qui sait ?

Notre vie est faite d’expériences heureuses, malheureuses et plus neutres. Lorsque ces expériences sont malheureuses, il est souvent difficile de se dire, voire de s’imaginer pouvoir en retirer quelque chose de positif. Et d’ailleurs, sur l’instant, ce n’est pas forcément le cas… Quelques temps ( ou années…) après, nous pouvons nous dire bien plus aisément ce que nous en avons retiré, une fois la douleur apaisée.

La sophrologie s’inspire de la philosophie phénoménologique; que nous pourrions résumer ( très très vite) comme un regard sur la vie qui se laisse surprendre, sans à priori ….

Pour illustrer cela, je vous propose encore une petite histoire métaphorique que j’aime beaucoup : ( il existe des versions où le personnage principal est un vieux monsieur chinois ( symbole universel  de sagesse ???), optons ici pour la version du vieux fermier ( l’âge : symbole de sagesse??? 😉 emprunter au très bon livre  » J’arrête de râler » de Christine Lewicki )

 » Un vieux fermier possédait un  vieux cheval avec lequel il labourait ses champs. Un jour le cheval s’enfuit vers les collines. Au voisin qui le prenait en sympathie, le vieillard répondit:

« Chance? Malchance? Qui sait? »

Une semaine plus tard, le cheval revint des collines avec un troupeau de chevaux sauvages, et cette fois, les voisins félicitaient le vieillard de sa bonne chance. Il répondit encore:

« Chance? Malchance? Qui sait? »

Puis, lorsque son fils, en voulant dompter l’un des chevaux sauvages, fit une chute et se brisa la jambe, tout le monde crut que c’était une grande malchance. Le fermier, lui se contenta de dire:

« Chance? Malchance? Qui sait? »

Quelques semaines plus tard, l’armée entra dans le village et mobilisa tous les jeunes gens valides. Quand ils aperçurent le fils du vieillard avec sa jambe cassée, ils le dispensèrent du service.

Était-ce de la chance? De la malchance? Qui sait? »

Ce que je me dis, personnellement de cette vision phénoménologique de la vie, c’est que c’est une intention et pas forcément un but. Je m’explique : je garde cet aspect des évènements dans un petit coin de ma tête et je m’y réfère quand je le peux, en gardant de la bienveillance envers moi-même. Il est parfois tellement difficile de se rendre compte du positif possible d’une situation, ou de simplement lâcher prise pour vivre l’expérience sans attente d’aucune sorte. Parfois, c’est  tout bonnement impossible et d’autant plus quand l’émotion est à son maximum. Le but n’est donc pas d’arriver à tout voir sans à priori, mais juste d’essayer. Souvent.

Et surtout de ne pas voir cette vision du monde comme un culte du positivisme qui nous empêcherait de vivre pleinement les émotions qui nous animent.

Une intention, une direction….. l’expérience de toute une vie…..

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s